itw-InesMelia-leteteatete-makethetrendz-1(Crédit Cover @Adeline Mai)

C’est autour d’un verre que la pétillante Dj Inès Mélia m’a donné un rendez-vous pour un tête à tête en toute simplicité.

Inès  comment es-tu devenue DJ ?

A l’origine je voulais devenir commissaire-priseur c’est pour ça que j’ai fait un master 2 en commerce de l’Art. Cependant, j’ai une vraie sensibilité musicale depuis mon enfance, je joue du violon depuis l’âge de 6 ans et de la guitare depuis mes 13 ans.

Cette passion m’a conduit à passer des disques en soirée, d’abord pour des potes, puis dans de petits clubs, mais à ce moment-là, je n’avais pas la prétention d’en faire mon métier.

C’est uniquement lorsque j’ai commencé à mixer au club le Baron que j’ai compris que je voulais en faire ma profession.

Pourtant certaines personnes ont l’impression que ce n’est pas compliqué de mixer en soirée… Du coup ils ont du mal à donner le terme de « métier » à celui du djing, que leur répondrais-tu ?

Que oui c’est un vrai métier, avec ses horaires, ses avantages et ses inconvénients.
Je compare souvent la préparation d’un set à celle d’une bonne mayonnaise car elle ne se fait pas toute seule. Pour qu’elle prenne il faut les bons ingrédients et un bon coup de main, un set c’est pareil (Rires) !

Et comment prépares-tu tes sets ?

Par exemple, si je dois mixer pour un événement comme celui de Chanel haute joaillerie, j’entame une discussion avec l’équipe pour comprendre les codes, l’histoire, les inspirations de la marque et ainsi coller ma musique à l’ADN de la marque ou bien apporter un contre-pied qui amènera un éclairage différent.

Je fais aussi un gros travail de recherche pour découvrir des nouveaux sons. Alors j’écume les blogs, Facebook, soundcloud, etc., et lorsque je découvre un bon morceau, je le teste dans un club où toutes les conditions sont réunies pour que le morceau sonne à 100%.

N’est-ce pas difficile en tant que fille de s’imposer dans un milieu composé majoritairement d’hommes ?

Certes il y a souvent des réactions un peu étranges de la part des mecs quand je leur dis que je suis DJ mais il y a surtout ce mot : « DJette » que je trouve niais et cette réflexion : « tu mixes bien pour une fille » qui n’arrange rien.

Et puis quand on ne connait pas mon travail il est difficile parfois de me prendre au sérieux car je ne ressemble pas aux DJs barbus que l’on a pour habitude de voir (Rires)!

Mais quand bien même, je m’en moque et je ne fais rien pour m’imposer.

Mais Il est vrai qu’il y a peu de filles DJ et cela est certainement plus lié au fait que c’est plus difficile d’avoir une vie de famille quand on voyage beaucoup. On semble plus libre, plus livré à soi même…et je peux comprendre que ça ne soit pas très rassurant.

Tu voyages beaucoup avec ton travail ?

Oui j’ai la chance de pouvoir mixer dans des lieux insolites comme par exemple en face de la tour Burj Khalifa à Dubaï lors d’un événement mode pour Dior. Ce que j’aime dans ces moments c’est apporter une touche d’exotisme à mes mixes et comme souvent le public mode est très curieux, cela me permet de jouer des morceaux plus pointus.

En parlant de mode, tu as prêté ton visage à de nombreuses marques, comment fais-tu tes choix ?

J’ai eu l’opportunité de collaborer avec des marques qui me parlent, telles que Dunasteia, Surface To Air, Tiger Sushi, Uniqlo …Et elles ont toutes un même point en commun celui d’entretenir des liens étroits avec l’art comme par exemple Tiger Sushi qui a un label du même nom. Mais avant tout, il faut que j’aime l’univers de marque.

Et ton style vestimentaire tu le définis comment ?

Classique mais pas boring pour autant ! J’aime l’indémodable, le minimalisme et surtout les pièces fortes qui ont une histoire comme celles que ma mère me donne. Je suis très sentimentale en matière de mode.

Et ton style musical ?
Mon style est large car j’aime tout ce qui groove avec des grosses lignes de basses ! J’aime les musiques horizontales celles qui font vraiment danser, du coup cela peut passer aussi bien par de la Soul, de la Funk, de l’Afro Beat que par de la House.

Donc si je te demande ce que tu écoutes en ce moment tu vas me répondre de tout?
C’est un peu ça ! (Rires)

Ces derniers temps j’ai écouté énormément de Hip Hop et en ce moment je suis dans ma phase House 90 et Oldies Disco.

Des projets en cours ou futurs ?
J’ai fait une apparition dans le clip Energy de Drake, je suis actuellement avec mon ami Jonathan Saguez sur un projet de duo pop électronique et je participe prochainement à un projet pour la prévention contre le cancer du sein.

Quand tu es sur Paris, tu aimes aller où ?

J’adore dîner au restaurent « Aux deux amis » et prendre un verre au « Le Harrys bar » dans le 2ème arrondissement de Paris. Pour la faire la fête jusqu’à pas d’heure, c’est au club Les Bains où je suis DJ résidente ou au Silencio.

Et pour finir si je te dis Delavie, tu me réponds ?

CHAMPAGNE !

itw-InesMelia-leteteatete-makethetrendz-2.jpg

(Crédit Photo @Milord & l’Etiquette)

This is around a glass that the amazing Ines Melia gave me a rendez-vous for a Tête-à-tête in all simplicity.

Inès, how did you become a DJ ?

At first, I wanted to become auctioneer, this is why I did a master 2 in Art business. However, I have a very musical sensibility since my childhood, I play violin since I’m 6 years old and guitar since I’m 13. This passion drove me to put Cds on party, first for my friends, then at clubs but at this moment, I did not pretend to do my job. This is only when I began to mix at the Baron’s club that I understood that I wanted to make my profession.

However, some personnes have the impression that it is not complicated to mix at partys… So, they don’t want to call it a « real job » to be a Dj, what can you answer to these personnes ?

That yes it is a real job, with hours, advantages and disadvantages. I often compare the preparation of a set to the preparation of a good mayonnaise because it does not appear lonely. To successfully make it, it needs the good ingredients and a good hand, a set is the same (Laugh) !

And how do you prepare your sets ?

For example, if I have to mix for an event as the Chanel Haute Jewellery, I have a talk with the team to understand the brand’s rules, the history, the inspirations of the brand and then I can put my music to the DNA of the brand or bring something different. I also do a big work of research to discover new songs. So I visit blogs, Facebook, soundcloud and others… And when I discover a good song, I try it in a club where all the conditions are reunited for getting a success !

It is difficult as a girl to impose yourself in a predominantly men’s domain ?

Of course there are often some stranges reactions from guys when I say that I’m a DJ but there is more this reflexion which often come : « You mix well for a girl » which is not pleasurable. And then when people don’t know my work it is difficult to think that this is serious because I don’t look like all these bearded DJs that you used to see (Laugh) !

But, it makes me laugh and I am doing nothing to impose myself.

But this is true that, there are less DJ girls and certainly because it’s more difficult to have a family life when you often travel. We feel more free, more with ourself… And I can understand that it is not comforting.

Do you travel a lot with your job ?

Yes, I’m lucky because I can mix in quirky places as in front of the Burj Khalifa’s tower in Dubaï for example for a Dior Fashion Event. What I love in these moments is to bring a little touch of eroticism to my mixes and often the fashion public is very curious, so I’m able to play songs more researched.

As you are talking of fashion, you lent your face to a lot of brands, how do you make your choices ?

I had the opportunity to collaborate with brands that I like, as Dunasteia, Surface To Air, Tiger Sushi, Uniqlo… And they all have a similarity, they maintain a link with Art, as Tiger Sushi which has a label with the same name. But first, I have to like the brand’s universe to lend my face to them.

And your style, how can you define it ?

Classic but not boring ! I like timeless clothes, minimalism and strong pieces which have an history as the pieces that my mother gives me. I’m very sentimental in Fashion.

And about your musical style ?

My style is very wide because I like all that grooves with big bass lines ! I like the horizontal musics which make really people dance, as Soul, Funk, Afro Beat or House…

So, if I ask you what are you listening right now, we are not leaving soon ?

Yes you’re right ! (Laugh)

This last time I listened a lot of Hip-Hop and now I’m in my period of 90’s House and Oldies Disco.

Some plans for futurs ?

I made an appearance in the « Energy » music vedeo of Drake, I’m actually with my friend Jonathan Saguez in a project of an electronic pop duo and I will soon participate in a project for the breast cancer’s prevention.

When you are in Paris, where do you like to go ?

I love to have a diner at « Aux deux amis »’s restaurant and take a glass at « Le Harrys bar » in the 2d arrondissement of Paris. To do party all the night, this is at the club « Les Bains » where I am resident DJ or at the « Silencio ».

And to conclue, if I say to you Delavie, what do you answer ?

CHAMPAGNE !

André S Delavie