teteatete-Guillaume-Salmon-makethetrendz-2C’est au sein du concept store Colette que Guillaume Salmon, RP, me donna rendez-vous pour un tête à tête. 

Guillaume, à chaque fois que je pense à toi, je pense à « Guillaume de chez Colette », ça ne t’ennuie pas que l‘on t’associe à Colette ?

Non au contraire même si au début c’était étrange, mais je me suis habitué. On me pose souvent la question cela étant. J’ai gagné un patronyme et une particule en perdant mon nom de famille. (Sourire)

Comment es-tu arrivé chez Colette d’ailleurs ?

Quand j’étais étudiant en Lettres à la Sorbonne, j’avais entendu dire que Colette cherchait des serveurs pour une soirée à l’Opéra Garnier et vu que c’était plutôt bien payé, j’ai foncé ! (Rires)

Puis, à la suite de cette soirée, je cherchais un job en parallèle de mes études, j’ai postulé pour être vendeur à mi-temps et ensuite tout s’est enchainé !

Comment es-tu passé de vendeur à RP ?

Comme j’avais effectué des stages dans la pub, et que j’avais développé un bon relationnel durant mes deux ans en tant que vendeur, Colette m’a offert cette chance d’apprendre ce métier que je ne connaissais pas.

Et ce n’était pas trop difficile à tes débuts ?

Non car elle m’avait vraiment donné le temps d’apprendre le métier.

D’ailleurs l’une des conditions pour avoir le poste était que je promette de ne pas partir avant 3 ans et maintenant cela fait 16 ans que j’y suis ! (Rires) 

Et puis même si je n’étais peut-être pas dans le moule, j’ai su très vite m’adapter aux genres et aux gens.

Mais étais-tu passionné par le monde de la mode ?

Pas du tout même si j’aimais m’habiller !

D’ailleurs je ne suis toujours pas un passionné de mode mais plutôt un admiratif du travail des marques et des créateurs.

Chez Colette, on change les vitrines toutes les semaines pour suggérer sans cesse d’une manière différente la mise en avant des silhouettes et c’est toujours un plaisir pour moi que de voir ces tenues prendre toutes leurs exergues et leurs splendeurs.

Je trouve extraordinaire le travail d’alliance de technicité, de matière et de coupe qui peuvent émaner de certaines pièces.

Qu’aimes-tu le plus au sein de chez Colette ?

Tout ! J’ai eu un vrai coup de foudre pour Colette, Sarah et le magasin !

J’ai la chance de pouvoir rencontrer différents interlocuteurs venant de secteur divers tels que la mode, l’art, la musique ou le sport.

J’aime cette chance incroyable que nous avons d’organiser beaucoup d’événements divers et variés qui me permettent de rencontrer beaucoup de créatifs et de personnalités.

Et puis au sein même du magasin, tous les jours, on y fait des rencontres improbables. (Sourire)

Quelle est la rencontre qui t’a le plus marqué ?

Zlatan Ibrahimovic que j’ai rencontré récemment ! J’ai rencontré beaucoup de célébrités mais rares ont été celles devant qui j’étais comme un gamin ! Mais avec lui j’étais très intimidé et ceux qui me connaissent savent pourquoi.

Pour un passionné de l’équipe de foot Paris Saint Germain je peux le comprendre ! D’ailleurs tu fais du sport ?  

Décidément tout le monde connaît ma passion pour ce club ! (Rires)

Oui je fais du sport car avec mon métier où je suis courtois toute la journée, j’ai besoin d’en faire pour évacuer les mauvaises ondes. C’est cathartique et physique.

Du coup je fais du foot avec mon équipe des Paris 75ers au sein du Ballon Football League ( #LBFL) car j’aime l’esprit collectif et de la boxe, pour d’autres raisons…

Et tu te verrais quitter Colette ?

Je ne sais pas mais je sais juste que ce métier je l’aime car je le fais pour elles.

Tu penses que tu n’aimerais pas le faire ailleurs?

Je ne sais pas car comme je suis un autodidacte, je sais que ce lieu me correspond. Au sein de chez Colette je me nourris de pleins de choses en touchant à des univers tous différents les uns des autres et je ne pense pas qu’il existe beaucoup de lieux qui puissent m’apporter cette même diversité.

Mais si tu devais quand même quitter Colette tu irais où ?

Dans ce cas-là j’irai peut-être à Dinard, en Bretagne. Pas pour ouvrir des chambres d’hôtes mais pour me rapprocher de la mer ! (Rires)

Pourquoi forcement la Bretagne ?

Car je viens de là-bas et que j’aime le paysage de cette région, qui change toutes les heures. Sa terre, sa mer, le vent…

J’aime Paris aussi sous toutes ses formes mais cette absence d’éléments naturels telle que la mer peuvent parfois me manquer. Raison pour laquelle j’essaye d’y retourner le plus souvent possible.

D’ailleurs beaucoup de mes tatouages reprennent cette dualité que j’ai entre Paris et la Bretagne. Je suis un breton parigot ou un parigot breton ! (Rires)

Sinon côté mode comment tu définirais ton style ?

D’assez basique. Je fais partie de cette génération qui a grandi avec la culture street mais qui aime les codes du prêt-à-porter. Du coup j’aime les vêtements simples mais avec une recherche des matières et des technicités.

Et côté musique qu’écoutes-tu en ce moment ?

Depuis qu’Apple Music a lancé son application en juillet, je me laisse beaucoup bercer par leurs playlists. Mais d’une manière générale ma sensibilité se tourne vers la soul music, le jazz et le rap.

Quels sont tes lieux de prédilection pour sortir à Paris ?

Pour dîner je recommande Le Waly-Fay, dans le 11e  un lieu au bon rapport qualité/prix. Ensuite, je te conseille d’aller boire un verre, soit au TwentyOne Sound Bar, du dance-hall, du rap et du rhum, soit au bar des Bains pour sa carte des cocktails qui dépasse tout entendement, tenue d’une main de maître par Jul.

Et pour finir si je te dis Delavie, tu me réponds ?

André !  (Rires)

André S Delavie

 

teteatete-Guillaume-Salmon-makethetrendz-1It is within the concept store Colette, that Guillaume Salmon, RP, gave me an appointment for a head to head.

Guillaume, every time I think of you, I think of « Guillaume of Colette », it does not bother you that you are associated with Colette ?

No on the contrary even if at first it was strange, but I got used to it. I am often asked about it. I gained a surname and a particle by losing my last name. (Smile)

By the way, how did you arrive at Colette ?

When I was a student in Arts at la Sorbonne (University), I had heard that Colette was looking for waiters for a reception at the Opera Garnier and I saw it was rather well paid, I rushed in! (Laughs)

Then, after that night, I was looking for a job concurrently with my studies, I applied for part-time sales assistant, then everything being successive!

How did you go from seller to RP?

As I made internships in advertising, and I developed a good relationship during my two years as a seller, Colette gave me the opportunity to learn this business that I did not know.

And it was not too hard at first?

Not because she really gave me time to learn the craft.

By the bye, one of the requirements to get the job was to promise not to leave before 3 years and now it is 13 years that I am here! (Laughs)

And even though I may was not be in the mold, I knew very quickly how to get used to genres and people.

But were you passionate about the world of fashion?

Not at all, even if I loved dressing up!

By the way, I’m still not a passionated fashion but I’m admiring brands and designers’ work.

At Colette’s store, we change the windows every week to constantly suggest differently highlighting silhouettes and it’s always a pleasure to see these outfits take their epigraphs and their splendor.

I find extraordinary the alliance work of technical, material and cutting that can emanate from some pieces.

What do you like most at Colette?

All ! I fell madly in love with Colette, Sarah and the store!

I have the chance to meet different people from various sectors such as fashion, art, music or sport.

I love this incredible opportunity we have to organize a lot of diverses and various events that allow me to meet a lot of creative persons and personalities.

And within the store every day, improbable encounters are made. (Smile)

What is the encounter that impressed you the most?

Zlatan Ibrahimovic that I met recently! I met many celebrities but few were those I was like a kid in front of! But with him I was very intimidated and those who know me know why.

For a football team Paris Saint Germain passionate I can understand! But, you do sports?

Really, everyone knows my passion for this club! (Laughs)

Yes I workout with my job because I am polite all day, I need to evacuate the bad vibes. It’s cathartic and physical.

So I play soccer with my team 75ers of Paris in the Ballon Football League (#LBFL) because I love the collective spirit and boxing, for other reasons…

And do you see you leaving Colette?

I don’t know but I just know that I love this job because I do it for them.

You think you would not like to do it elsewhere?

I don’t know because as I am a self-taught man, I know this place suits me. Within Colette I feed on many things by touching different universes and I do not think there are many places that can bring me this same diversity.

But if you still had to leave Colette where you would go?

In this case I might go to Dinard, in Brittany. Not to open guesthouses but to get closer to the sea! (Laughs)

Why necessarily Brittany?

Because I came from there and I love region’s landscape, which changes every hour. Its land, its sea, its wind …

I love Paris in every shape and form but the lack of natural elements such as the sea can sometimes miss me. Why I try to go back as often as I can.

Besides many of my tattoos show that duality that I have between Paris and Brittany. I am a Breton « Parigot » or a « Parigot » Breton ! (Laughs)

Otherwise, fashion side how do you define your style?

Fairly basic. I am part of the generation which grew up with street culture but loves the ready-to-wear codes. So I like simple clothes but with research of materials and technicals nature.

And music side what are you listening now?

Since Apple launched its Music app in July, I let myself be lulled their playlists. But in general my sensibility turns to soul music, jazz and rap.

What are your favorite places to go out in Paris?

For dinner I recommend Le Waly-Fay in the 11th, a place with a good price-quality ratio. Then I advise you to go for a drink at the TwentyOne Sound Bar, dancehall, rap and rum or the bar of the Bains for its cocktail menu which is beyond belief, holding masterfully by Jul.

And finally if I tell you Delavie, you answer me?

André! (Laughs)

André S Delavie