teteatete-nathalieduchene-mtz-image1C’est à l’hôtel Costes, rue saint honoré, que Nathalie Duchêne, Dj et comédienne, me donna rendez-vous pour notre tête à tête.

Nathalie, tu as grandi en Belgique, pourquoi l’as-tu quitté pour la France ?

Pour devenir comédienne car en Belgique j’avais développé très jeune ma passion pour la comédie et la musique. Toute petite déjà j’adorais rejouer les sketchs d’Elie Kakou lors des réunions de famille (Rires). Alors lorsque j’ai eu mes 18 ans j’ai décidé de venir vivre à Paris pour intégrer les cours Florent en classe libre ainsi que le Studio Pygmalion.

Mais alors, pourquoi tu es devenue DJ ?

Je n’étais pas totalement satisfaite de ce que m’apportait artistiquement le métier de comédienne à proprement parler. J’ai toujours aimé la musique et évolué dans un univers musical et du coup je me suis lancée dans cette direction en devenant DJ. J’ai toujours vu une similitude entre ces deux métiers car tous deux se jouent sur scène avec un but commun, celui de conquérir le public.

Comment fait-on pour devenir DJ quand on est comédienne ? 

Avec du culot ! Au début, je n’y croyais pas vraiment car je n’avais aucune formation musicale et technique mais je me suis faite violence à passer des nuits entières à observer les DJs mixer pour apprendre les aspects techniques et ensuite je me suis lancée.

Aujourd’hui tu es très demandée, comment as-tu fait pour arriver à un tel niveau ?

Cela s’est fait progressivement.  J’ai d’abord commencé à jouer dans des petits bars puis les choses se sont accélérées petit à petit. Ensuite j’ai été repérée par un manager qui a décidé de s’occuper de moi et de développer mon profil auprès des clubs et des marques pour produire des contenus musicaux.

Du coup, as-tu mis un terme à ta carrière de comédienne ?

Je n’ai jamais vraiment renoncé à la comédie. Mais pour être à 100% dans une voie il te faut savoir prioriser tes projets et c’est ce que j’ai fait en me concentrant d’abord sur le DJing et maintenant sur la production de ma musique qui sortira début 2016.

Quel va être le style ?

De la techno car il ne faut pas oublier que je suis Belge ! (Rires) En fait, cela sera, un mélange de techno, celle qui vient de Detroit, et de la bonne vielle house de Chicago, celle qui grésille et qui donne de la bonne sueur aux platines.

Et qu’est-ce qui t’as donné envie de produire ton propre son ?

J’avais envie d’évoluer car je me sentais incomplète, j’ai besoin de me sentir maitre de ma propre musique et pas que de celle des autres que je réinterprète. Et pour moi cela passe par composer sa propre musique, être musicienne et compositrice. J’ai envie d’être appelée pour jouer ma propre musique et pas seulement celle des autres même si j’adore faire cela.

Depuis combien de temps travailles-tu sur ce projet ?

Cela fait maintenant à peu près 9 mois, le temps d’un bébé (rire) Je passe beaucoup de temps en studio.  C’est un énorme boulot qui demande beaucoup de minutie car je reviens tout le temps sur mon travail pour trouver le son juste à la bonne fréquence. Parfois il m’arrive même de chercher pendant des heures le petit réglage qui fera toute la différence !

Et as-tu déjà joué un de tes sons en club ?

Oui et j’appréhendais un peu la réaction du public pour ne rien te cacher ! (Rires) Au début je n’osais pas regarder les gens mais une fois que j’ai levé la tête pour voir tout le monde sauter partout, danser et apprécier la musique, j’étais très heureuse ! Et cela m’a donné envie de continuer.

Tu as toujours l’air déterminé dans ce que tu fais, l’avenir ne t’effraie pas?

Je ne me suis jamais posé cette question car pour moi l’avenir est dans le présent. Si tu commences à te poser ce genre de question, tu te mets des bâtons dans les roues pour construire ton présent et donc rater ton futur.

Côté vestimentaire, comment définis-tu ton style ?

J’ai un style classique mais porté d’une façon moderne et puis il faut dire, qu’en fonction de mon humeur, mon style change beaucoup aussi.

Quels sont les lieux parisiens que tu me conseillerais ?

J’aime le restaurant Aux Prés, rue du Dragon pour dîner, puis poursuivre la soirée à l’hôtel Costes pour prendre un verre. Enfin je conseillerais de sortir au Rex quand un grand DJ s’y produit car c’est toujours une valeur sûre mais aussi d’aller aux fêtes du collectif Otto10 où tu es transporté dans un autre monde, c’est juste dingue !

Pour finir si je te dis Delavie, tu me réponds quoi ?

André !

teteatete-nathalieduchene-mtz-image2

This is at the Costes hotel, rue saint honoré that Nathalie Duchêne, Dj and comedienne gave me a rendez-vous for a tête-à-tête.

Nathalie, you grew up in Belgium, why did you leave for France ?

To become comedienne because in Belgium, I developed my passion for the comedy and music very young. Young, I already loved to play some skectchs of Elie Kakou during family dinners (Laugh). So when I had 18 years old I decided to come in Paris to live there to integrate the Florent courses in free class and the Pygmalion Studio.

So, why did you become a DJ ?

I wasn’t totally satisfied about what the job of comedienne brought me artistically. I had always love music and developed in a musical universe so I launched myself in this direction, becoming DJ. I always saw a similtary between this two jobs because both are played on a stage with a common goal, this one to conquer the public.

How we do to become a DJ when we are comedienne ?

With some audacity ! At first, I didn’t really believe it was possible because I had zero musical and technical formation but I fought for it, passing a lot of evenings, observing the DJs mixing to learn some technical aspects and then I launched myself.

Today you are very in demand, how did you get such this level ?

It came progressively. I first began to play in little bars and then the things had accelerate little by little. Then, I was noticed by a manager who has decided to take care of me and to develop my profile closely to the clubs and brands to produce some musical contents.

So, did you completely stop your comedienne career ?

I never had really give up to the comedy. But to be at 100% in one way, you have to give priority to your projects and that’s what I did, concentrating myself on the DJing first and now on the production of my music which will release on the beginning of 2016.

Which style it will be ?

Some techno because you musn’t forget that I’m from Belgium ! (Laugh) In fact, it will be a mix of Techno which comes from Detroit, and some good old techno of Chicago, this one which crackle and which gives some good sweats at the turn table.

Does something gave you the wish to produce your own sounds ?

I wanted to develop because I felt incomplete, I need to feel myself owner of my own music and not just this one of the others that I interpret. And for me, I have to compose my own music for it, being musician and composer. I want to being called to play my own music and not just the one of the others even if I love doing this.

Since how many time are you working on this project ?

It’s been 9 months now, the time of a baby (Laugh) I pass a lot of time in the studio. This is a big work which demand a lot of meticulousness because I always go back to my work to find the right sound at the good frequency. Sometimes I’m searching during a lot of hours the little adjustment which will make all the difference !

And, did you ever play one of your sound in a club ?

Yes and I apprehended a little bit the reaction of the public ! (Laugh) At the beginning I didn’t dare to watch people but when I raised my head to see all the people jump everywhere, dance and appreciate the music, I was happy ! And it gaves me the wish to continue.

You always seems determined in what you do, does the futur makes you affraid of ?

I never asked this question to myself because for me, the futur is in the present. If you begin to ask you this kind of questions, you will put some sticks in the wheels to build your present and so, miss your future.

About clothes, how can you define your style ?

I have a classic style but I wear it in a modern way and I have to say that in office of my mood, my style changes a lot too.

Which are the parisian places that you can advise to me ?

I love the restaurant Aux Près, rue du Dragon for dinner, and then, pursue the evening at the Costes hotel to take a glass. Finally, I advise you to go at the Rex Club when a big DJ do a performance there because this is always a good value but you can go to the parties of the Otto10 collective too where you are transported in an other world, it’s just crazy !

And to conclue, if I say to you Delavie, what do you answer ?

André !

André S Delavie